Le Cockpit Design

Le Cockpit Design

Souvent les personnes qui voient mon CV se posent plusieurs questions… d’une part mes intérêts qui sont… particuliers. D’autre part ma formation qui est (comme un peu tout le monde) assez atypique… Mais l’une des questions qui revient encore le plus souvent, c’est la question du Cockpit Design… Mais au final… c’est vrai qu’est-ce que c’est ?

Description du cockpit design

Le cockpit design c’est tout ce qui va toucher à l’agencement des contenus et des fonctionnalités dans les interfaces homme-machine à visée de pilotage, que ce soit dans l’aviation, dans l’automobile ou même dans la manipulation de machine et de drone.

Les personnes travaillant en cockpit design vont donc soit aider à concevoir une nouvelle interface soit modifier l’interface existante pour permettre aux utilisateurs d’interagir le moins de temps possible avec ces dernières, que ce soit pour la recherche d’informations (la vitesse, la direction,…) ou pour réaliser une action (e.g. appuyer sur un bouton précis) mais également de la façon la plus confortable.

Pourquoi interagir avec le moins de temps possible ? Tout simplement pour limiter la charge de travail, la vitesse d’action, la fatigue et la baisse d’attention. L’un des meilleurs exemples c’est la conduite automobile. Lorsque vous conduisez, vous ne pouvez pas passer votre temps à chercher l’information de votre direction sur votre GPS. Il faut que vos yeux regardent à l’extérieur du cockpit sans quoi c’est l’accident à coup sûr ou le détour car vous n’avez pas pris la bonne sortie d’autoroute. Plus vous passez du temps à chercher l’information, plus vous vous fatiguez. Or plus vous êtes fatigué, plus le seuil accidentogène est élevé.

De la même façon, le travail en cockpit design c’est également de s’assurer du confort visuel, étudier que la lumière n’est pas trop forte ou trop faible, ou que les couleurs ne sont pas trop violentes. Il faut également penser à adapter cette luminosité par rapport au moment de la journée pour limiter la fatigue visuelle ou tout simplement le confort visuel.

 

Science qui ressemble à de la science-fiction

L’aviation civile et militaire dans les années 80, puis l’aviation privée et de tourisme dans les années 2000 ont évolué en adoptant de nouvelles technologies et interfaces de plus en plus performantes.  Ces nouvelles technologies visent à optimiser la tâche de pilotage, et ainsi améliorer la conscience de la situation, mais également permettent aux avions de disposer de plus d’automatismes et donc d’éviter les incidents (McDermott, 2005 ; Mitchelle et al., 2009).

Depuis quelques années, c’est le domaine de la conduite qui commence à fortement évoluer en offrant à l’individu de nombreux outils automatisés qui lui permettent de gérer au mieux ces différentes tâches telles que la navigation, le contrôle de son véhicule ou encore la gestion du trafic en temps réel ou de façon anticipée (Brown & Laurier 2012).

Certains modèles d’une certaine marque (Tesla pour ne pas la nommer) pousse le vice jusqu’à intégrer une aide à la conduite qui fait parler d’elle, que ce soit dans l’anticipation d’accident ou dans les accidents dus à une négligence d’attention. Ces voitures sont pour ma part des bijoux technologiques dont les systèmes vont se répandre de plus en plus.

Je suis persuadé que ce genre de système va sauver des vies, éviter de nombreux accidents et permettre une évolution au niveau des vitesses… Si on peut gérer l’imprévu et automatiser la conduite pour éviter les accidents… qu’est-ce qui nous empêcherait d’augmenter la vitesse sur les route ? Elles seront plus sûres…  Le revers de la médaille, et l’un des enjeux qui va donc se jouer c’est comment gérer l’attention lors de la conduite. On aura beau avoir des voitures totalement automatisé. S’il arrive un incident, il faut être capable de reprendre le dessus. Mais pour cela, faut-il encore avoir une bonne conscience de ce qu’il se passe (situational awareness).

Une autre facette de l’évolution technologique c’est également le head-up display ou head-up cockpit qui se démocratise de plus en plus. Pour vous expliquer rapidement ce que c’est, il s’agit de projeter directement sur votre pare-brise les informations telles que la vitesse, la direction voir même des informations sur l’état de la chaussée sur laquelle vous roulez ou des informations sur l’accident un peu plus loin et le temps moyen de bouchon que vous allez devoir affronter…

Pour ma part, toutes ces technologies sont fabuleuses mais peuvent être sujettes à discussions et évaluations. En effet c’est cool d’avoir une projection de toutes les informations sur son pare-brise. Mais malheureusement au plus on rajoute d’informations, au plus on va monopoliser l’attention du conducteur et cela peut mener à l’accident… En effet, si vous regardez l’état de la chaussée sur laquelle vous roulez, ou si vous suivez votre direction, même si vos yeux sont dirigés vers l’extérieur, êtes-vous certain de voir si le feu est rouge ?

Head-up Cockpit

 

Conclusion

Aujourd’hui, de nombreuses technologies viennent s’inviter dans nos voitures. Que ce soient des indicateurs de vitesse ou des nouveaux outils de gestion et d’anticipation du trafic (Waze, Coyote, …), il est important de gérer l’agencement du cockpit pour pouvoir intégrer toutes ces nouvelles technologies qui sont susceptibles de générer de nouvelles erreurs humaines. C’est pourquoi il est important de réfléchir sur l’utilisation et le comportement des personnes dans le but de concevoir des cockpits plus performants mais également mieux adapter à l’activité des « pilotes » que nous sommes.

 

Quelques références :

Brown, B., & Laurier, E. (2012, May). The normal natural troubles of driving with GPS. In Proceedings of the SIGCHI conference on human factors in computing systems (pp. 1621-1630). ACM.

McDermott, J. T. (2005). A comparison of the effectiveness of a personal computer-based aircraft training device and a flight training device at improving pilot instrument proficiency: A case study in leading regulatory change in aviation education. Bowling Green State University.

Mitchell, J., Vermeulen, L.P., Naidoo, P., 2009. Flying glass: a qualitative analysis of pilot perceptions of automated flight-decks after 20 years. Int. J. Appl. Aviat. Stud. 9, 13e27.