Brèves d'ergo

Design Émotionnel

téléphone avec un livre dont les pages forment un coeur

Le design émotionnel

Dans l’article précédent, je parlais de la prédominance de l’utilité et de l’utilisabilité sur l’esthétique et le design d’un objet ou d’une interface. Mais il est vrai qu’il manquait quelque chose. On restait un peu sur notre fin.

Imaginer un monde où tout est utile et utilisable c’est bien… ce serait même merveilleux non ?
Et bien non… Cela ne serait que faire les trois quart du travail. Ce qu’il manque c’est justement ce design artistique.

Assez souvent, je lis sur certains blogs ou sites professionnels que l’ergonomie n’est pas de l’UX design car cette dernière ne se focalise que sur l’utile et l’utilisable de façon scientifique et fermée sans prendre en compte l’émotionnel et le ressenti de l’humain. C’est à ce moment que nous allons évoquer le design émotionnel.évolution du moulin à poivre

Le design émotionnel c’est quoi ?

Dans le monde de l’ergonomie, web principalement, le design émotionnel est la tendance qui consiste à communiquer de l’émotion au travers d’une interface graphique dans le but de faire passer un moment agréable à l’utilisateur lors de son expérience sur un site.

Le design que vous allez définir peut avoir un impact très important sur votre interface. Son utilisabilité et son esthétisme peuvent contribuer au fait que votre interface soit utilisée ou non.

Donnons un exemple concert. Lorsque vous êtes dans le métro, ou un parking, et que vous – voulez sortir de ce milieu souterrain, vous avez deux possibilités. La première est de prendre l’escalier. La seconde est de prendre l’escalator ou l’ascenseur. Bien entendu, à moins d’être au régime et de vouloir faire un peu plus d’activité physique ou d’être un bon sportif, vous allez utiliser l’escalator. Après tout, c’est ce qu’il y a de plus ergonomique non ?

  • c’est utile, ça nous permet de faire notre tâche : monter d’un niveau
  • c’est efficient, ça ne demande pas beaucoup de ressources ni physiques ni cognitives
  • c’est satisfaisant également, rapide, non fatigant… bref la belle vie

Pourtant, une expérience a montré que sans forcer les utilisateurs, ni même en utilisant de la soumission librement consenti, il est possible de leurs faire prendre les escaliers… Comment ? En le transformant en piano.  C’est ce que Volkswagen appelle thefuntheory.

Une activité plus contraignante va alors être privilégiée du fait que son design va non seulement être plus attractif mais aussi du fait que ce dernier va procurer plus d’émotions positives. C’est du design émotionnel.

 

Le design émotionnel c’est un peu la cerise sur le gâteau

ordinateur, tablette et téléphone apple
Apple est l’une des première entreprise
à s’être intéressé aux émotions
que peux induire le design

Lorsque vous concevez une interface le but n’est pas de manipuler vos utilisateurs pour arriver à vos fins, mais de lui proposer un design qui va le faire réagir et améliorer son quotidien. L’usage d’une interface influencera beaucoup sa réaction et ses émotions. Si l’interface est agréable et développe des affects positifs, l’utilisateur aura plus de plaisir à revenir sur cette interface.

Une interface doit être fonctionnelle, utile et utilisable, et Oui, elle doit répondre à des critères techniques, sans quoi elle ne fonctionnera pas. Mais ça ne fait pas tout. L’esthétique, la sensation et le ressenti utilisateur ont leurs importances et c’est la cerise sur le gâteau. Le design émotionnel sert à transmettre de l’humanité dans les interfaces et donc de la proximité, des émotions positives ou encore de l’empathie.

L’ergonome va chercher à comprendre le besoin des utilisateurs et va prendre en considération leurs discours et affects. Il ne faut pas réduire un produit à son utilité et son utilisabilité sans prendre en considération leurs sous-catégories comme la satisfaction.

 

De petites choses qui parfois font la différence

Dans son livre «  Design émotionnel » Aarron Walter nous explique que rajouter des affects positifs ou des éléments qui permettent de rendre une interface agréable et originale ne nécessitent pas une refonte complète de l’interface, et que de simples petites choses peuvent avoir un impact considérable.

Il donne comme exemple le panier sur un site marchant.
En soit, un panier c’est un panier… rien de bien exceptionnel. Mais une personne a eu l’idée de mettre un petit un petit smiley à coté de ce dernier. Le smiley était triste lorsque le panier est vide et souriant une fois le panier rempli. C’est simple mais impactant.

Bien souvent, l’émotion est passée par de petits détails graphiques ou animés qui permettent une réelle interaction avec l’utilisateur.

 

Vers un design émotionnel plus élaboré ?

Aujourd’hui, les nouvelles technologies et notamment l’IA vont permettre le développement d’un design émotionnel plus performant et directement basé sur le ressenti utilisateur.

robot buddy, un robot capable d'afficher des émotions

« Pour l’heure, l’intelligence artificielle est principalement cognitive, transactionnelle et concentrée sur une tâche spécifique. Nous voulons rajouter une composante émotionnelle. Les émotions conduisent chaque aspect de notre existence. De notre état émotionnel dépend notre bien-être, notre santé, nos relations aux autres et notre prise de décision. Les personnes dotées d’une haute intelligence émotionnelle construisent de meilleures relations, sont plus fiables et plus convaincantes. Cela s’applique aussi aux machines. Nous sommes entourés par toujours plus d’appareils, applications, chatbots, assistants virtuels, robots, et pour que nos relations avec eux soit optimale, il faut pouvoir communiquer des émotions. J’imagine un monde où chaque objet intelligent serait doté d’une puce le rendant capable de comprendre nos émotions en temps réel. »

Tels sont les mots de Rana el Kaliouby  la cofondatrice et CEO d’Affectiva, une start-up officiant dans le domaine de l’intelligence artificielle émotionnelle.

Que pourrait, concrètement, apporter l’intelligence émotionnelle à l’expérience utilisateur ? Beaucoup de choses. Imaginez un logiciel capable de décrypter vos émotions, votre timbre de voix ou votre gestuelle. Elle permettrait de gérer au mieux le besoin de l’individu et de s’adapter en conséquence. Dans le cas d’une voiture autonome par exemple, l’IA pourrait déceler et anticiper le besoin d’un utilisateur pressé pour se rendre d’un point A à un point B, ou évaluer si l’utilisateur est un touriste avide de connaissances sur la ville dans laquelle il se trouve.

 

En conclusion

Bref, penser en terme de design émotionnel peut être un réel plus pour une interface et peut la rendre plus efficiente et efficace. Mais comme la pyramide de Maslow, cette dimension de l’interface, bien qu’importante doit interv

enir en dernier dans la conception et non en priorité.

C’est pourquoi, les ergonomes ne doivent pas rejeter en bloc ce que peuvent apporter les graphistes et autre designers, tout comme les designers ne doivent pas jouer les apprentis ergonomes. Ces professions sont complémentaires avec les ingénieurs, et développeurs qui doivent travailler ensembles  afin de concevoir des interfaces utiles, utilisables et au design attrayant pour œuvrer à donner les meilleures expériences aux utilisateurs.

pyramide maslow design émotionnel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *